Relecture de l’oraison

       Ex. Sp. N° 77.

Comment faire ?

Après avoir prié, il est utile de relire notre oraison en notant :

  1. La coloration d’ensemble de ce temps de prière :

Comment a été vécue cette oraison ?

Dans quel état en ressortons-nous ? Quel est son effet sur nous ?

  • Comment nous y sommes-nous pris ? (ce que nous avons fait, ce qui dépend de nous)

C’est-à-dire : comment avons-nous assuré les conditions de notre prière, la gestion de notre temps ?  

  • Comment nous y sommes-nous préparé (relecture du texte? les points? le lieu? moment? durée?)
  • Faut-il revoir nos positions corporelles ?
  • Comment y sommes-nous entrés ? (Préparation du coeur, expression de notre désir, fixation de notre imagination par quelle image ?)
  • Avons-nous tenu le temps prévu ? comment avons-nous géré nos distractions ?
  • Comment avons-nous réagi si le texte ne nous parlait pas ? (accueil ? fuite?)
  • Avons-nous prié avec notre tête ? notre cœur ?
  • Avons-nous parlé au Seigneur ? Nous sommes-nous tus ?
  • Comment avons-nous terminé l’oraison ? (de façon nette? en queue de poisson?)

      NB. Ne pas nécessairement tout reprendre à chaque fois,

               mais repérer ce qui est profitable.

  • Ce que nous avons éprouvé. (ce qui ne dépend pas entièrement de nous)
  • Quels mots ? quels personnages ont retenu notre attention ?  nous ont touché ? nous ont éprouvé?
  • Qu’avons-nous éprouvé à leur propos : paix, joie, force, confiance, obscurité, dégoût, résistance, peur, doute, révolte ?
  • Quelles lumières sur Jésus ?  sur notre vie?    
  • Quels goûts, quels désirs ont surgi ? quel attrait pour un aspect de la vie chrétienne, du Christ ?

Pourquoi le faire ?

Cela permet de prendre au sérieux les dons de Dieu et sa Parole, ainsi que notre liberté à son égard.

Cela permet de reconnaître les dons reçus, les lumières ; d’en faire mémoire, d’y revenir puisque nous l’avons noté; de nous y ajuster dans notre vie quotidienne.

Cela permet de progresser réellement, et non pas sur de vagues impressions.

Cela permet de dégager des lignes de force, des constantes spirituelles, des faiblesses à travailler.

Cela favorise un discernement spirituel, de recevoir de Dieu notre vraie personnalité spirituelle. C’est un chemin pour notre vocation. Nous y découvrons comment Dieu nous parle, ce que son Esprit marque en nous. Nous recueillons les traces de Dieu dans notre vie.

Cela permet d’unifier notre vie. Cela facilite l’entretien avec notre accompagnateur.

 Remarques.

  1. Ecrire après, et non pendant l’oraison.
  2. Nous regardons comment nous avons prié : nous ne jugeons pas si nous avons bien ou mal prié.
  3. Ne pas vouloir tout écrire ou tout nous rappeler.
  4. Ne pas recommencer à prier : ne prendre que quelques minutes.
  5. Ne pas nous regarder prier pour voir ce que nous devrions retenir.
  6. Ne pas faire un traité biblique ou théologique.
  7. Trier ce qui nous a atteint et non ce que nous pensons que nous aurions dû voir !
  8. Ne pas noter “à propos de quoi” il s’est passé quelque chose, mais ce qui s’est passé.

Le texte peut être téléchargé ici

May 17, 2020

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *